lethanol

Au salon des vignerons indépendants de Strasbourg: La fin

Ou devrais-je dire la FAIM ?

Car c'est la sensation sur laquelle reste l'amateur de spiritueux à la sortie du salon. Heureusement, il y a eu de bonnes surprises entre les cognacs stéréotypés.

La partie 1 est disponible ici 

Commençons tout de suite avec une très belle rencontre. Etienne Dreyer, viticulteur passionné et attaché à la tradition locale, il officie au domaine Sick Dreyer

Il vendait il y a encore peu un marc fumé, résultat de ses fameuses soirée schiffala au marc. Une petite vidéo pour voir l'alambic et l'ambiance.


Aujourd’hui la gamme s’articule sur quatre produits:

Le marc de muscat 2015, si typique et si floral, sur le muscat, le géranium et la rose. 7,5/10

Le marc de pinot gris 2015, plus robuste et minéral, un peu de rafle en bouche. 7/10

Le marc de gewurztraminer 2015, surprenant car plus léger et doux, sur la rose et le litchi. Un peu de rafle en finale. 8/10

Une vodka de marc de gewurztraminer, douce et florale, sucrée à 10 gr/L un beau produit d’appel.

Une belle découverte d'une maison qui travail avec sincérité.

PS: Les soirée schiffala ont toujours lieu, la liste d’attente est longue …

Vous connaissez peut être le vin de paille du Jura, mais saviez vous qu'après le pressage de ces grains précieux, les grappes peuvent servir à la confection de marc ?
A l'heure où l'essentiel de la production de marc du Jura part dans le macvin pour des raisons commerciales en voici deux qui ont retenu toute mon attention. 

Le marc de paille de Martin Faudot, assemblage d’au moins 5 ans, un nez gourmand et pâtissier avec du foin, de la mirabelle. La bouche est suave, du raisin en sur-maturité, un peu de rafle, une finale longue et gourmande.

Production de 20 litres par an ! 8,5/10
Il produit également une fine qui n’était pas disponible.

Un second marc de paille, celui de Pierre Richard, âgée de 9 ans, 2009-2018. La aussi le nez est fruité, sur la prune, le raisin et la rafle. La bouche est ample mais vive. Le raisin a le dessus comme dans une fine. Finale plus verte, un vrai bon marc. 8,5/10

Deux feuillettes sont produites chaque année. 



Fort heureusement tous les cognacs du salon n'entraient pas dans le moule du digestive sans âme, et ce cognac borderies du Vignoble Grateaud , brut de fût 1988 - 30 ans - 61% , nous donne un petit aperçu des possibles en matière d'innovation pour le secteur.

Le nez est boisé et confit, avec de la noix, de la vanille, de la noix de coco du poivre long. Compote de pomme.

Le palais est enveloppé par son coté gras, le raisin confit et épicé, l'alcool est  fondu. Du cèdre.

Finale longue et sèche, poivre blanc.

Un cognac comme j’aimerais en croiser plus, c’est pourtant pas bien compliqué. 9/10

Mon premier coup de coeur du salon, la rencontre avec Cedric Guy, qui conduit le vignoble de l’ Abbaye Sylva plana, et producteur de fine Faugères. Celle proposée sur le salon est âgée de 10 ans, 2002-2012 , vieillie en fût d’acacia local comme le veut la tradition. Pour l’anecdote, les fûts sont réalisés par une menuisier du cru, la région n’ayant plus de tonnelier. 

Fait à partir de grenache blanc, le nez est pourtant sur les fruits rouges, une grenadine élégante accompagnée d’un peu de coco et vanille.
La bouche enveloppante est fruitée et tropicale, légèrement acidulée comme un mangoustant.

La finale est longue et développe du cacao.

 C’est une excellente découverte. 8,5/100


Le second est le marc de Bourgogne de Gilles Mathias, un assemblage d’au moins 20 ans (1996 -2016 ) en ex-fût de son vin blanc.

Le nez est capiteux, boisé, avec des fruits blancs comme la poire et de la noix.

Une belle bouche fondue et confite, du thé pu’er, un peu de rafle qui nous rappelle que nous sommes sur un marc.

Finale gourmande, rancio. 


Un produit d’exception à découvrir, une pratique en voie de disparition à encourager. Tout ça pour même pas 30 euros, 9/10.

Pour conclure le salon des vignerons indépendants a tous de la grand messe inextinguible, mais je ne saurais que chaudement recommander la visite à tout amateur de spiritueux. Les belles découvertes au détour d'un stand sont légions et la surprise toujours au rendez-vous.

PS: N'y allez pas le samedi après-midi ...
PS 2 : Je n'ai personnellement acheté que mes deux " coup de coeur".