lethanol

Poire williams : Capovilla et Binner ou l’excellence surannée.

#capovilla , #binner , #lmdw , #caves augé , #pere williams , #poire williams , #non réduit

Dans le vaste mais néanmoins méconnu et sous-estimé monde des eaux de vie, le pire côtoie souvent la poire et la poire, le pire. Il est heureusement des noms avec lesquels on ne se trompe pas. Binner et Capovilla en font partie, deux distillateurs travaillant leur propre récolte avec l'excellence en ligne de mire ( du moins j'ose imaginer).

Les producteurs ne proposent que très/trop peu d’embouteillages à haut degré, la faute paraît-il à un marché morose, cela dit, ma très humble vision des choses placerait ces initiatives du coté des bons moyens de convertir une clientèle haut de gamme et éduquée ( au spiritueux, évidemment …).

Ici, les titres alcoométriques flirtent avec les sommets à la demande de deux grandes maisons parisiennes, LMDW et Augé. Pour une fois, remercions les (un peu).

Les comptes-rendus de dégustation :

Capovilla 

Le nez évoque la poire williams croquante et fraîche. C’est fin, ciselé et éminemment floral. Un peu de jasmin ?

La bouche est cristalline et acérée, l’alcool est parfaitement intégré. La poire est là ainsi que de la pomme blette, créant une association dans le style de certain jeune ( et bon) calvados Domfrontais .

La finale est plus surprenante, avec une sensation de sucrosité et de douceur feinte. Toujours cette poire, mais cette fois en sur-maturation.

Un excellent distillat, qui manque légèrement de charpente à mon gout, mais vous le savez, je suis chia… pointilleux.

Capovilla/100*


* Juste 89 en fait :)

 

Binner

La poire en sur-maturation est saisissante au nez tout en laissant s’exprimer une plus subtile poire légère et croquante. Des notes d’humus et de pluie d’été apportent une belle profondeur à l’ensemble.

La bouche est incroyablement gourmande, est-ce le repos sous verre qui a tant arrondi les angles d’un spiritueux que j’imagine aisément mordant et affuté ?
Le fruit explose en bouche, puissant, rustique et maitrisé.

La poire s’efface doucement sur les notes chaudes du bois de poirier tout juste scié.

Très bien travaillée, ample et grasse, la quintessence de la poire tradition ? Peut être. Vaut-elle un 90/100 ? Assurément.





PS: Ces notes ont été rédigées sont la moindre once de chauvinisme Alsacien. Vraiment.